Alopécie quand tu nous tiens! talowa

Alopécie quand tu nous tiens! talowa

Qui n’a pas un jour envié voire même rêvé d’être comme Naomie Campbell, le paragon de beauté noire, placardée dans tous les magazines fashion,

es défilés des grands couturiers et autres panneaux publicitaires de marques de luxe : ses grands yeux, son allure féline, ses longs cheveux…jusqu’au jour où en grandissant on finit par réaliser qu’il ne s’agit pas vraiment des siens…( !) Qu’à cela ne tienne, on décide comme elle, d’avoir enfin de longues cascades
bouclées nous tombant dans le dos. L’illusion est presque parfaite-dépendamment de l’exécution – jusqu’à ce que nous tombions…

Fin du mythe, purement et simplement … Hormis la première minute-tout à fait naturelle- de soulagement de découvrir enfin qu’elle est après tout humaine, la question que l’on se pose ensuite est la suivante : Mais enfin Mimie, que t’est-il arrivé ?
Sans être spécialiste, tout le monde peut constater la chute de cheveux indéniable ; le terme médical est alopécie. Il en existe de plusieurs types (androgénique, diffuse, circonscrite, etc.) celle-ci est traumatique c‘est-à-dire que la chute de cheveux est due à une inflammation de la racine causée soit par le port de tresses ou de coiffures trop serrées, soit par des brûlures inopportunes du cuir chevelu causées par certains produits défrisants. Au fil de nos consultations quotidiennes nous constatons que ce type d’alopécie est malheureusement trop fréquent chez les femmes noires. Chacune de nous l’a sans doute déjà expérimentée à des degrés différents au moins une fois, ou connaît quelqu’un qui en a été victime.
Il est certain que lorsqu’une alopécie apparaît, mesdames, il vous faut radicalement changer vos habitudes afin de ne pas aggraver le problème puisque alarmée, par honte et/ou par souci d’esthétique, instinctivement nous aurons tendance –t c’est humain- à réagir en couvrant la zone dégarnie. Or, dans une telle situation, nous sommes plongées dans un cercle plutôt vicieux : combattre l’alopécie en fragilisant le reste de cheveux ne peut nous conduire à court et moyen termes qu’à une alopécie aggravée… Il nous faut donc surseoir -momentanément- aux tresses, tissages ou même au défrisage lorsqu’elle apparaît, le temps d’avoir un avis médical et de la soigner avant qu’elle ne devienne chronique.
Si en dépit de tous les coiffeurs dont elle peut disposer, sans compter son accès illimité à toutes sortes de produits, Naomie Campbell sans doute en raison des exigences liées à sa profession-a perdu tous ces cheveux, qu’en sera-t-il de nous simples mortelles ? La réponse est simple : changer rapidement nos habitudes afin d’adopter une routine respectueuse de la fragilité de notre cheveu est essentielle. Dans notre prochain article nous vous promettons des ‘‘tips’’ sur la meilleure façon de prévenir toute alopécie traumatique.